Contact
Mes favoris

Pour connaître les prix et les disponibilités pour cette représentation, contactez-nous à l’adresse info@avantgarde-prague.cz

Informations clés

Durée
Quand
Où ?

Description

À l’occasion du centenaire de la création de la Première République tchécoslovaque, les spectateurs du Théâtre National de Prague auront la chance d’assister à un spectacle de quatre ballets qui ont en commun un nom prestigieux : Jiří Kylián. C’est en effet la signature inimitable du grand chorégraphe tchèque qui relie ces quatre œuvres hétérogènes et leur confère une cohérence. Si on ajoute à cela quatre décennies de maturité, on comprend pourquoi le résultat est d’une grande qualité artistique. Même les spectateurs les plus réfractaires aux arts de la danse sauront apprécier les émotions véhiculées par ce spectacle.

Ponts du temps (Mosty času) s’ouvrent sur une magnifique Symphonie des psaumes, qui est ici jouée pour la première fois en Bohême, quoique sa création mondiale remonte à 1978. La musique, l’œuvre du même nom de Stravinsky, confère à la danse une forte spiritualité. L’atmosphère est complétée par des décors où dominent des tapis de Perse couleur pourpre chargés d’un sens symbolique. Des quatre œuvres interprétées, c’est celle-ci qui semble la plus tendre, mais aussi la plus grave : les costumes sont d’une simplicité légère et le ballet, majestueusement interprété par huit couples de danseurs, est traversé par des instants de pure élégie et par des mouvements humbles et résignés qui évoquent le caractère éphémère de la vie humaine. Sur les quatre ballets, c’est le seul qui soit accompagné par le Chœur du Théâtre National.

Après une courte pause, le spectateur assiste à une Bella Figura qui se propose de trouver la beauté dans l’imperfection, la laideur ou la grimace. Musicalement, il s’agit cette fois d’un collage plutôt fragmentaire d’œuvres de divers compositeurs, la partie la plus touchante étant probablement la scène finale, durant laquelle un couple de danseurs évolue dans un silence absolu. Vient ensuite une Petite Mort qui s’inspire des concertos pour piano de Mozart et dont la thématique associe la beauté érotique et le motif de la mort, comme son titre le suggère (il faut entendre ici « petite mort » comme synonyme d’orgasme). Et c’est avec la quatrième œuvre, Six danses, elle aussi inspirée de motifs de Mozart, que l’on trouve un écho à la Symphonie des psaumes : la musique, les costumes (pour les hommes, des perruques blanches et des corps nus ou demi-nus), la chorégraphie plutôt grivoise, tout renvoie à l’absurdité de la vie, à laquelle on ne peut répondre que par l’humour. Ces Ponts du temps s’achèvent ainsi sur une note de légèreté aussi bienvenue qu’inattendue.

La musique est interprétée par l’Orchestre du Théâtre National de Prague, sous la direction de Jaroslav Kyzlink.

Adresse

Národní divadlo Národní 223/2 Praha 1 – Nové Město 110 00

Ce que les autres en disent