Contact
Mes favoris

Pour connaître les prix et les disponibilités pour cette représentation, contactez-nous à l’adresse info@avantgarde-prague.cz

Informations clés

Durée
Quand en après-midi | en soirée
Où ? Théâtre des États

Description

La Bayadère est le chef-d’œuvre de Marius Petipa, l’un des plus grands chorégraphes qui aient jamais été. Il s’appuie sur un livret de Sergueï Khudekov et est accompagné par une musique de Ludwig Minkus. C’est avec égards pour le public contemporain et respect pour l’original que Javier Torres a transposé ce récit romantique et tragique pour la scène du Théâtre National de Prague.

Le noble guerrier Solor et la danseuse sacrée Nikiya, la « bayadère », se sont jurés un amour éternel alors qu’ils étaient encore enfants, et sont restés fidèles l’un à l’autre. Mais le père de Solor, le rajah, a décidé de marier son fils à la princesse Gamzatti. De son côté, le brahmane Dugmanta, qui aime Nikiya, révèle au rajah le serment qui lie les deux amants. Mais son plan finit par se retourner contre lui : au lieu de déclencher la fureur du père contre son fils, il ne parvient qu’à décider le rajah à se débarrasser de Nikiya. Celle-ci est alors invitée à danser à un mariage : elle ignore qu’il s’agit des noces de Gamzatti et Solor, lequel, notamment sous l’influence de sa mère, a fini par y consentir. Lors du mariage, Nikiya est empoisonnée, et, bien que le brahmane cherche à la secourir tandis que Solor réalise qu’il aime toujours Nikkiya, elle préfère se laisser mourir…

La Bayadère est un spectacle époustouflant, qui retrace la destinée de quelques personnages dans un cadre narratif particulièrement riche. Sur scène se succèdent des décors de palais aux ornements somptueux, des paysages de montagne et même des fonds noirs sur lesquels se découpent progressivement, avec les tableaux à couper le souffle du deuxième acte, les nombreuses silhouettes de ballerines-bayadères habillées de délicats costumes blancs. Et ces costumes viennent renforcer l’atmosphère générale : l’expression élégiaque et fragile de Nikiya aussi bien que la majesté des nobles et le faste qui entoure les danseurs aux silhouettes chamarrées. La chorégraphie, enfin, oscille entre des scènes plutôt enjouées ou pompeuses, notamment pour souligner les personnages nobles et leurs lubies, et des danses très sobres, autour notamment des personnages de Nikiya ou de Solor, dont le cœur est déchiré. Ce mariage très réussi du ballet et des arts plastiques culmine lorsque les flammes du courroux des dieux viennent engloutir le palais du radjah, et emportent le fantôme de Nikiya au royaume des ombres, où elle pourra enfin vivre son amour pour Solor. Après un spectacle regorgeant de créations aussi fascinantes, vous serez enfin émerveillé par cet amour mélancolique qui traverse tout l’opéra et dépasse les destinées éphémères des personnages humains.

L’opéra se divise en deux actes. L’accompagnement est assuré par l’orchestre de l’Opéra d’État.

Adresse

Národní divadlo Národní 223/2 Praha 1 – Nové Město 110 00

Ce que les autres en disent